× ferme ici cette fenêtre - COVID-19 - Quelles mesures prises à l'atelier ? En savoir plus
  • Qualité de présence
  • Authentiquement là...
  • L’expérience personnelle et empirique
  • de l’expression artistique et de l’enseignement, m’a amené à partager naturellement mon savoir-faire et mon savoir-être.

    J’enseigne avant tout en tant qu’artiste. Je peux illustrer mes propos en couleur, en dansant, en chantant, en riant, en mimant, en faisant le clown, en lâchant prise tout simplement...

  • Je partage avec passion,
  • sans nulle retenue, mon amour de la peinture et de la Création, pour que vous ayez le maximum d’outils et de connaissances techniques, vous permettant de vous exprimer librement. Mais également pour que vous puissiez cheminer à la lumière des couleurs de votre propre palette, et des symboles qui vous représentent vraiment.
  • Je suis pleinement présent,
  • à mes stagiaires et ne compte pas mon temps, partageant sans retenue mes connaissances. Je considère que la qualité de présence se développe naturellement chez tout formateur qui est à sa place, travaillant réellement sur lui-même, pour se parfaire et s’épanouir humainement. Cette qualité de présence ne s’acquiert certainement pas par les diplômes, comme le prétendent certaines écoles. De célèbres médecins de la santé, très créatifs, avaient et ont toujours un caractère exécrable, se posant carrément en détenteur de la vérité, dénigrant tous les confrères qui ne partagent pas leurs idées. Pour des médecins de la santé, c’est clairement déplorable. Comment peut-on soigner les autres lorsque l’on est dans une sorte de tyrannie de présence ?
    Je tiens à préciser, question de vous rassurer, n'est ce pas, que je suis naturellement souriant, joyeux et bien dans ma peau.
    Mon épouse également, et mes enfants aussi...
    Photos de famille


  • 1) Sur un plan artistique et pédagogique
  • Il est essentiel pour moi,
  • de vous aider à trouver votre propre voie d’expression picturale. C’est mon objectif premier. Pour cela, il va falloir vous libérer d’un certain nombre d’idées reçues et de blocage. Nous allons œuvrer en ce sens. Ici, je vous autorise vivement à déborder et à laisser votre enfant intérieur se libérer. Si vous ne le faites pas ici, ou dans un lieu semblable qui le permette, et c’est rare, où le ferez-vous à votre âge ?
  • Bien entendu,
  • je vais également initier des mises en situation spécifiques, comme des méditations dynamiques, danses libres, etc… pour permettre à votre être psychologique de se dérouiller et se déverrouiller, afin de laisser l’être créateur s’exprimer tranquillement.
  • Je partage aussi ce que je suis,
  • en tant qu’artiste. Je partage librement ma douce folie et ma sagesse. Là aussi, je peux sembler provocateur pour les personnes encore prisonnières d’une certaine morale liberticide, qui alimente précisément leur blocage psychologique et freine la libération de leur être créateur. Ces personnes-là, trouveront mes audaces déplacées et me jugerons à la lumière de leur conditionnement moral. Mais certainement pas les personnes dont l’être créateur est vivace, et qui, au contraire, seront ravis de se sentir autorisées à en faire de même ; ils saisiront l’opportunité de laisser s’exprimer librement leur enfant intérieur. Ah, que cet enfant aura plaisir à se rouler dans la peinture, à dire et faire bêtises et farces, et s’en foutre que son t-shirt se tache et se déchire ! Cet enfant là, saura voir mon enfant intérieur, et nous deviendrons complices, partageant de rares moments de grâces que nous offre la vie. A partir de là, la contagion s’opère, l’être psychologique permet à l’être créateur de prendre enfin le relai, et laisser la beauté de la création rayonner sur la toile.



  • 2) Sur un plan psychologique et d'éveil
  • Je suis certainement bienveillant
  • et authentiquement présent à chaque stagiaire et au groupe. Mais surtout pas complaisant. Je ne vous rendrai pas service. C’est pourtant ce que réclame un grand nombre de personnes. Je veux que les choses s’arrangent, sans être dérangé ! Oui, je l’entends, j’entends surtout l'égo et la peur du changement.
  • Lorsque nous déménageons
  • dans la joie, le déménagement se fait avec une facilité et une synchronicité extraordinaire car la perspective du changement nous excite. Il en est de même pour la voie du centre, allez-y avec joie et excitation, vous ne souffrirez pas, et ne ferez pas souffrir votre déménageur ! Dans cet instant de joie, vous faites le tri sans complaisance, car vous savez que c’est le moment de vous alléger. Que ce moment attendu est là, que c’est le grand jour. Alors vous êtes très content et pleinement présent à votre déménagement.

  • Dans la complaisance,
  • il y a l’hypocrisie d’un intérêt commun, celui de l’attente d’un retour, souvent d’amour, surtout lorsqu’il s’agit d’accompagnement. Or, puisque je n’attends rien en retour, ni amour ni reconnaissance, je ne suis pas manipulable. Du coup les résistances apparaissent en plein jour. Ma force est là, si vous me permettez l’audace de le dire, car je m’aime suffisamment pour savoir dire que je vous aime et veux vous voir grandir en créativité. D’abord parce que vous êtes mon semblable, un être humain. Et puis, vous êtes venus de votre propre gré, attiré par la voie du centre que nous offre le mandala. Cette voie est directe, rapide et sans ambages. C’est une autoroute, nous pouvons avancer vite. Et il y a des aires de repos qui offrent des temps de pause.


    À noter que j’accorde des temps de parole quotidiens aux stagiaires, les invitant à poser et déposer librement tout ce qu’ils ont à dire. Que ce soit pour parler d’eux, de leur joie et de leur peine, me remettre en question (et ça me plaît), exposer leur griefs, leurs attentes, leurs revendications, bref, tout peut se dire, sans retenue, mis à part, bien entendu, les propos insultants ou faisant atteinte à la dignité de la personne. Ce qui n’est encore jamais arrivé.

    Temps de parole


  • Je peux être tendre ou ferme,
  • selon la situation et mon senti. C'est mon rôle, n'est-ce pas ? Voudriez-vous d'un guide complaisant et mou ou pleinement présent aux émotions partagés de notre humanité ? Ma présence s’inscrit toujours dans une dynamique de groupe qui me porte et nous porte. Le groupe devient puissant lorsqu’il est porté par une énergie d’amour, de liberté et de créativité que j'essaie d'instaurer autant que faire ce peut. Et j’essaie toujours de l’amener dans cette direction. Ce n’est pas toujours évident, surtout si plusieurs membres du groupe sont très affectés par le misérabilisme de leur être psychologique, et empêchent le groupe d’avancer.
  • Je suis authentiquement présent,
  • disais-je, à la lumière de tout ce que je suis sur un plan artistique, thérapeutique et d’éveil. Et je le montre clairement, afin d’être pour vous un repère stable, à partir duquel vous pouvez prendre votre place tranquillement, vous rebeller et vous positionner.
  • J’ose me remettre ouvertement en question,
  • à tort ou à raison. Et heureusement ! Je suis comme vous, fait de bonté et de dureté, de joie et de peine, de colère et d’empathie, mais aussi de paradoxe, contradiction et de connerie ! Bah oui, cela m’arrive de gaffer et d’en rire ouvertement.

  • C’est pourquoi, je demande
  • que l’on m’appelle avant de s’inscrire aux stages, et notamment aux formations ; je demande si le stagiaire a déjà entamé un travail sur lui et chemine en conscience. C’est un minimum requis pour le futur art-thérapeute d’éveil.
    Certaines personnes ont réellement besoin de douceur pour avancer, quand d’autres sont obtus; nous avons beau les caresser et les rassurer mille fois, rien à faire. Leur être psychologique est trop affecté par leur histoire personnelle, et ils ont fini par développer un cancer affectif.
  • Un peu comme une personne
  • qui est en train de se noyer. Vous devez la saisir par le collet et la déposer sur la rive. Ou la lâcher et la laisser se noyer, si elle se débat trop violemment, risquant de mettre votre propre vie en danger. Qui prendrait ce risque, hormis pour nos propres enfants ou quelqu’un de très très proche ?
  • Donc oui, je peux provoquer à ce moment-là
  • , vous parler comme un frère le ferait, spontanément, avec le cœur. Je le fais avec amour, pour vous inviter à revenir sur la voie du centre, lorsque je vous vois reparti sur les sentiers connus de votre pathologie, et que vous adoptez une attitude fuyante ou d’évitement. La voie du centre est évidente et accueillante. Comme je ne cesse de le répéter, il n’y aucun effort à fournir si ce n’est celui de garder le cap vers le centre. Donc, d’être vigilants et savoir reconnaître les aires de repos qui ne nous distraient pas au point de nous égarer.
  • Bien sûr, je cesse rapidement mes provocations,
  • si je vois que cela n’a aucun effet immédiat. Je lâche prise, sachant que le déclic pourra venir plus tard. Que ce n’est tout simplement pas le moment pour cette personne. Elle peut continuer la formation tranquillement, ou l’interrompre, ce sera à son aise. Ce qui importe, c’est d’être authentiquement présent à ses saisons intérieures, celles que la création nous révèle, et que nous avons à accueillir en beauté, pour s’éveiller à la lumière du centre. C’est dans cette pleine présence que nous pouvons nous accompagner librement, et partant, accompagner autrui.
  • Et les résultats sont souvent surprenants... voir ici
  • Ma rencontre avec le mandala Mon livre sur le mandala Je me présente Ma croyance

    MON BLOG PERSO
    Attention vous allez accéder à un autre répertoire
    (la barre des menus va changer)