Au centre du mandala crÉatif

Support millénaire
d'exploration de soi

C'est un outil d'expression, à la fois artistique, spirituel et thérapeutique dont la conscience de ses cinq pouvoirs permet de libérer l'énergie créatrice et d'aller à la rencontre de son moi créateur.
L'univers fabuleux des symboles
RESTONS EN LIEN
News de l'atelier
Nom et prénom *
Calcul anti-spam *
10 + 7 =
Atelier RAẎTH
160, rue des Lilas
Les Loges - 16700 LA FAYE
Tél : 06 25 79 40 69


Tu es à la rubrique :
Le mandala Puissance du mandala créatif

La puissance du mandala créatif

D'où vient la puissance du mandala ?


Structure basique du mandala
2 cercles périphériques,
un peit cercle au centre et un carré

Du simple alliage des symboles de base de sa structure qui en font un canal de l’énergie créatrice.
Le cercle, le centre (le point) et le carré semblent de prime à bord être de simples formes géométriques. Et pourtant, l'association de ces symboles fondamentaux font du mandala un puissant médium de l’énergie créatrice. L'alliage des symboles du mandala agit comme un aimant qui attire vers son centre tout ce qui vient de l’inconscient, rassemble et unifie dans le cercle les éléments épars de la vie intérieure de la personne en train de le réaliser. C’est pourquoi il est dit à juste titre que le mandala centre la personne et ouvre les vannes de l'énergie créatrice.
Le centre
Sur le plan symbolique je rappelle que le centre symbolise le point de départ de toute expression humaine. C’est le symbole de l’extrémité du cordon ombilical : Le nombril. La porte d’accès au mystère de la vie. De la naissance. Il représente la porte, l’endroit d’où je suis fondamentalement issu. Voilà pourquoi il symbolise le moi originel, le moi profond, le moi créateur, le principe fondamental de vie et de mort, l’origine et la fin, et de façon générale, le mystère de la création.
Lorsque je pose un point sur une feuille, même n’importe où, c’est moi que je représente symboliquement. Je situe mon emplacement dans un espace donné. C’est le moi qui se manifeste dans l’expression la plus primitive du langage. Il signifie : Je suis là, à cet endroit. J’existe par ce point et peut-être dans ce point. Et si je l’entoure d’un cercle, je me trouve donc au centre d’un espace délimité que je rends sacré par son seul traçage. Ce cercle va représenter l’étendue de mon territoire symbolique, mon univers intime. Je suis désormais le roi qui trône au centre de mon empire dont les symboles graphiques représentent les différents éléments de mon environnement.
Le cercle
Quant au cercle, qui est la circonférence du point, il renvoie à la matrice, au ventre. A la sécurité maternelle. Il délimite l’étendue de mon espace personnel. Un espace à moi, rien qu’à moi. Il représente mon territoire, mon propre monde, mon univers intérieur, fondamentalement réservé, personnalisé et par la délimitation de son tracé qui en font ma propriété privée. Voilà pourquoi lorsque je trace un cercle sur une feuille, je crée un espace d’expression intime où tous les objets qui vont s’y trouver symboliseront des éléments de ma vie passée, présente et à venir. Le cercle possède par définition des vertus enveloppantes et sécurisantes. Il génère dans l’inconscient des émotions qui remontent à la vie intra utérine par le seul fait qu’il symbolise le ventre. Le cercle stimule la conscience du soi dans sa réalité totalisante puisqu’il symbolise l’empire que je gouverne et réforme ici et maintenant, au fil du développement de mes idées symbolisées par des formes et des couleurs. Le cercle symbolise ainsi le fruit du moi créateur en mouvement et renvoie à la roue. Le moi en gestation qui aspire à la re-naissance par le seul fait qu’il symbolise le ventre.  
Si le point me symbolise, moi, en tant qu’individu relié au mystère de la création, c'est-à-dire à Dieu, le cercle représente ma vie créative en mouvement. A un niveau plus spirituel, je dirai que le point symbolise Dieu et le contenu du cercle sa création.
Le carré
Le carré représente une fenêtre qui ouvre sur mon centre et le protège par la rigueur et la fermeté de sa délimitation rectiligne. Il apporte une stabilité au mandala et renvoie souvent au cadre de vie, aux règles extérieures et intérieures, à la loi, voire aux murs sécurisant mais enfermant d’une cellule de prison. Le traçage du carré dans un cercle le fixe parce qu’il génère des angles en équerre qui sont autant de coins où se poser, s’arrêter, se réfugier et se blottir. Mais ce sont aussi des angles droits qui renvoient à la symbolique du triangle. Ils symbolisent en ce sens une certaine énergie, voire une agressivité puisque le triangle procède d’un principe actif, à la fois offensif, défensif et protecteur. Les angles du carré sont autant de flèches qui indiquent une direction et apportent des repères d’équilibre inhérents au principe de la symétrie.
Le carré ne peut pas rouler librement, il se pose sur un côté et reste stable. Voilà pourquoi, comme je viens de le dire plus haut, il offre au cercle des repères de stabilité et symbolise le cadre de vie avec toutes les contraintes et règles que cela implique.
Dénué du carré, le mandala devient, avec le cercle et le point central, symbole du soleil, voir de Dieu. Si je demande à un enfant de dessiner le ventre de sa maman, il aura tendance à tracer un cercle, même s’il ressemble à une patate, et placera un point à l’intérieur. Tout comme pour le sein.
Il est curieux de constater qu’un fruit coupé en deux se présente comme un mandala.  Tout comme le tronc des arbres et la tige des plantes.
Un grand nombre de fleurs forment de magnifiques mandalas en trois dimensions. Un caillou jeté dans l’eau crée des cercles. Le nid des oiseaux est rond, les animaux creusent des trous ronds…La liste est longue !
Le mouvement circulaire semble procéder de quelque chose de naturel, voire d’originel. Il se retrouve partout, dans l’infiniment petit (l’atome) comme dans l’infiniment grand (le ciel). Le microcosme et le macrocosme.
Le cercle n’est-il pas à l’image de notre planète ronde qui se déplace en rond autour du soleil et à laquelle nous sommes ancrés par la force de gravité ? Ainsi nous tournons en rond dans un monde fait de ronds…
Il semblerait, comme dit S. F. Fincher dans son livre « la voie du mandala », que le mouvement circulaire soit encodé dans nos gènes. Le mouvement circulaire procède d’un élan naturel et de nombreux rituels commencent par le tracé d’un cercle.
A titre d’exemple, je prends un cercle de deux ou trois mètres en pleine nature et me place à l’intérieur. L’espace devient aussitôt enveloppant et sécurisant voire sacré parce qu’il délimite instinctivement mon territoire. Il ferme la ligne d’horizon de la terre réduite symboliquement à la circonférence du cercle. Il devient mon monde. Tout déplacement et tout objet posé et agencé à l’intérieur prendra un sens en correspondance avec ma réalité profonde comme je viens de le dire plus haut.
 Il en est de même lorsque je trace un cercle sur une feuille. Cet acte sera puissant si je le fais en conscience. Avec l’intention de me placer dedans. D’être « entièrement » à l’intérieur. Cette seule intention déclenche une transposition symbolique de ma personne à l’intérieur du cercle et me met en lien avec mon moi profond. Voilà pourquoi l’expression dans un mandala créatif nécessite au préalable certains rituels préparatoire.
Toute expression picturale à l’intérieur de ce cercle devient un reflet symbolique de moi-même. L’attention se centre et les sens se mettent en éveil. La rencontre avec moi devient inévitable car le mandala me met naturellement en lien avec la réalité profonde de mon univers, représenté symboliquement par le cercle. Il me révèle à moi-même par l’énergie qui circule et rayonne du centre vers la périphérie du cercle. Il m’aspire et m’invite à voyager à l’intérieur de ma conscience en faisant remonter à la surface des émotions enfouies.


les 5 pouvoirs du mandala crÉatif


 



© 1997 / 2016 - Conception et réalisation du site : Mustapha RAẎTH

 



Quels sont ces 5 pouvoirs ?



Le langage des couleurs



D'où vient la puissance
du mandala ?



t