au centre du mandala crÉatif
Rencontres
cRÉAtives


RESTONS EN LIEN
News de l'atelier
Nom et prénom *
Calcul anti-spam *
10 + 7 =
Atelier RAẎTH
160, rue des Lilas
Les Loges - 16700 LA FAYE
Tél : 06 25 79 40 69


Tu es à la rubrique :
PARTAGE Echos de l'atelier

Echos de l'atelier

A l'adresse des ex-stagiaires
Bonjour à toi, mon autre moi, sans qui je n’existe pas.
À toi qui est aussi important que moi  et avec qui je fais l’apprentissage de l’amour et la paix.
Pour cette nouvelle année, je souhaite pour nous et notre planète qu’un nouveau petit prince dont la reconnaissance serait unanime, arrive d’ici ou d’ailleurs pour nous rassurer et nous dire :
Nous sommes tous sur la bonne voie, celle de notre accomplissement.
Il n’y a rien à revendiquer. Il n’y a rien d’autre à faire que de laisser faire le mouvement de la vie. Chacun le sait. D’ailleurs vous savez tout.
L’apprentissage de la vie est semblable à celui du bébé dont les premiers pas génèrent de fortes émotions de peur et de joie.
La plupar des bébés finissent pourtant par marcher, oubliant très vite les émotions liées à la quête instinctive de l’équilibre nécessaire pour se mouvoir sur ses deux jambes.
Le cheminement intérieur est tout à fait semblable. A la seule différence qu’il se fait en conscience. Telle est la mission de l’humanité : Cheminer en conscience.
Tout comme le bébé, l’apprentissage de la marche intérieure passe par la peur et la joie. Chacun le sait, disais-je, chacun sait en vérité qu’il est sur terre pour cheminer en conscience. Mais un grand nombre parmi nous se laisse souvent dominer par les peurs.
Seules les peurs nous empêchent de marcher. Ça aussi nous le savons. Chaque nouvelle chute est porteuse de peurs qui peuvent s’intensifier et devenir paralysantes si ces dernières ne sont pas accueillies en concience.
Chaque chute peut ainsi amplifier les peurs et bloquer l’expérience de la marche intérieure au stade de la peur.
Celui qui se relève et s’entête à bon escient dans le but de marcher, conscient qu’il doit lâcher prise avec les peurs, finit effectivement par marcher un jour dans la conscience et la joie. Et quand il trébuche, il accueille la peur et se relève pour reprendre sa route, parce qu’il sait marcher.
L’être qui chemine en conscience est libre parce qu’il avance face au soleil (qui brille pour tout le monde) et ne se retourne pas pour vérifier si son ombre est toujours derrière lui… Pas plus qu’il ne regarde l’ombre des autres. Il sait que chacun traîne une ombre dont le poids n'est qu'illusion.
L’être qui chemine en conscience sait que son ombre est là pour toute la durée de cette vie terrestre, elle est derrière lui et ne le quittera pas tant que le soleil continuera de briller. Il cesse donc de donner de l’importance à son ombre et se réjouit de cheminer à la lumière de l’amour, symbolisé ici par le soleil.
Je te salue chaleureusement,
Mustapha

PARTAGE INTERRACTIF

Tu peux répondre librement ci-dessous
...

Commentaires (1)

Tu commentes: Echos de l'atelier 1
Gravatar
RAẎTH (Bellenaves, France) a écrit...
Tu peux laisser ici un commentaire
31 December 2015 15.42
Page 1 de 1

Ajoute un Commentaire

* Informations obligatoires
(non publiée)
 
Bold Italic Underline Strike Superscript Subscript Code PHP Quote Line Bullet Numeric Link Email Image Video
 
Smile Sad Huh Laugh Mad Tongue Crying Grin Wink Scared Cool Sleep Blush Unsure Shocked
 
10000
Captcha
Refresh
 
Entre le code:
 
Avertis-moi des nouveaux commentaires par e-mail.